Caritas Comme les précipitations devraient, cette année encore, être particulièrement faibles, la sécheresse continuera de s'aggraver en Éthiopie. Caritas Suisse
Caritas Suisse Myriam Haberecht mhaberecht@caritas.ch Responsable du programme Aide d’urgence Corne de l’Afrique Noemi Grossen ngrossen@caritas.ch Responsable du programme Éthiopie et Kénia

Depuis 2015, l’Afrique de l’Est est durement touchée par une grave sécheresse, en partie liée au phénomène météorologique El Niño. Comme les précipitations devraient, cette année encore, être particulièrement faibles, il faut s’attendre à ce que ce soit la plus forte sécheresse depuis des décennies. Avec près de 20 millions de personnes concernées, l’Éthiopie, le Kénia, la Somalie et le Soudan du Sud font partie des pays de l’Afrique de l’Est qui sont les plus fortement menacés. Pourtant, la sécheresse n’entraîne pas automatiquement de famine. La gravité des effets de la sécheresse, et en particulier l’étendue de la famine, dépendent directement des moyens mis à disposition par les gouvernements et de la marge de manœuvre des organisations internationales. Ainsi, dans les pays fragiles que sont la Somalie et le Soudan du Sud, ces effets sont beaucoup plus graves qu’en Éthiopie et au Kénia.

Caritas Suisse intervient depuis longtemps dans ces pays. Elle collabore avec les partenaires locaux dans les domaines de l’eau, de la sécurité alimentaire, de la protection du climat et de la prévention des catastrophes, et fournit une aide d’urgence le cas échéant.

En Éthiopie et au Kénia, elle concentre l’aide d’urgence sur la sécurité alimentaire ainsi que sur les actions menées dans les domaines de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH). Son approche est orientée vers l’aide immédiate, la réadaptation et le développement, car dans ces pays, il est possible d’apporter une aide durable. Au Soudan du Sud et en Somalie, les effets de la sécheresse sont aggravés par le conflit armé. C’est pourquoi, Caritas y apporte uniquement une aide à la survie. Ainsi, elle apporte une aide alimentaire aux réfugiés du Soudan du Sud et à la population locale de la zone frontalière située en République démocratique du Congo. Elle propose également des mesures de prévention et de protection contre les abus sexuels.

Dans ces contextes, il est crucial d’intégrer une approche sensible aux conflits dans l’ensemble du cycle du projet. Les actions menées dans le domaine de l’aide humanitaire peuvent aussi bien aggraver les conflits que les atténuer. C’est pourquoi, les projets de Caritas reposent sur le principe « Do no Harm » : avant le début du projet, on analyse les risques de conflits et on prend les mesures nécessaires, telles que le traitement équitable des différentes populations, pour ne pas déclencher de conflits entre les populations cibles.

Caritas Suisse Myriam Haberecht mhaberecht@caritas.ch Responsable du programme Aide d’urgence Corne de l’Afrique Noemi Grossen ngrossen@caritas.ch Responsable du programme Éthiopie et Kénia